Halva aux parfums sauvages

Il y a deux halvas, et même des milliers en fait tant cette recette peut offrir de variation. Les deux sont des desserts mais l’un est à base de purée d’oléagineux et l’autre à base de semoule ou farine. C’est de ce dernier que je vais parler ici. Une recette générique m’a été confiée par Gaurab Sarangi à l’occasion d’un coup de main donné pour cuisiner indien.

L’essentiel de la recette

Les ingrédients de base sont :

  • de la semoule ou de la farine, qui peut être de protéagineux : pois chiche etc., le tout en mélanges et proportions variables,
  • du sucre (qui peut être du sucre de palme, complet ou autre pas trop raffiné), un demi volume du mélange semoule farine,
  • de l’eau, deux fois le volume du mélange semoule farine,
  • des graines oléagineuses (pour varier la texture),
  • de l’huile,
  • et des épices (non en poudre).

Les mesures non précisées sont celles de vos sens.

Mélanger « au sec » vos farines et semoules. Broyer au moulin à café le mélange des épices et d’une partie du sucre (plus facile avec).

On commence par faire chauffer un fond d’huile pour brunir à peine les graines d’oléagineux. Bien remuer pour que ce soit homogène. Incorporer le mélange farine semoule aux oléagineux brunis. Continuer de bien remuer pour que ce mélange se cuise de manière homogène aussi. Cette étape est finie quand l’odeur de la farine ou de la semoule a changé et sent la « farine cuite » (cuisson sans eau qui est une légère torréfaction). Incorporer tout le sucre et les épices. Ajouter l’eau (attention à la vapeur brûlante), remuer le fond pour éviter que ça accroche. Continuer de remuer jusqu’à ce que ça ait bien épaissi. Retirer du feu, étaler dans un plat et laisser refroidir. Couper selon son envie en portion, typiquement en losange.

On comprends vite l’étendue des combinaisons que l’on peut faire entre farines, semoules, épices et oléagineux sans avoir à changer la technique …

Variation autour de l’essentiel

Voici un exemple de halva où l’épice utilisée est de la racine de benoîte urbaine avec semoule de blé et cacahuète :

Même exemple avec de la farine de feuille d’orties au lieu de la racine de benoîte urbaine :

Et avec de la farine de feuille de berce :

À vous de jouer !

Maxime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *