A quoi pensent les plantes ?

Les plantes sont à la mode. Pourtant, passé l’intérêt pour tel usage ou telle espèce patrimoniale, qui se pose la question de percevoir ce qu’est être végétal ? Sans doute sommes nous déjà bien occupés à savoir ce qu’être humain veut dire … En tout cas celui qui s’intéresse au sujet trouvera dans ce livre une porte d’entrée pour l’intériorité végétale.

La voie fait appel aussi bien aux résultats scientifiques commentés qu’à la réflexion philosophique et au pouvoir évocateur de la pensée poétique. Le tout avec sources dans le texte et en évitant les pièges des anthropo- et zoocentrisme. La plante telle qu’elle est, tangible, objective, pas telle que nous voudrions l’imaginer par analogie ou par facilité. Sur ce chemin vers l’altérité végétale, l’auteur aborde différents aspects du végétal : mouvement, sensibilité, communication, temporalité et symbiose, avant de conclure sur une dernière mise en garde.

« Le Périlleux mirage des noms ». Des noms botaniques et de tout le vocable scientifique autour du végétal. L’auteur rappelle que savoir nommer, décrire, caractériser ne suffit pas. Cette aptitude « fige notre regard dans une perspective flatteuse quant à nos performances cérébrales, elle satisfait parfois notre goût de la collection ou de l’énumération, mais elle ne nous apprends rien de la plante si elle n’est prolongée d’une contemplation active, d’un investissement de soi, d’une mise en continuité sensorielle. » En bref « rien de tel, pour connaître le végétal, que de le laisser envahir nos sens. »

A lire puis à vivre, donc !

Maxime

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *